Essayer De Comprendre Les Autres Disability

En Service Civique pour l’évêché de Versailles, Romain écrit son journal pour Jeunes Cathos Blog ! Aujourd’hui, il revient sur ses études.

Qu’est-ce que je fais dans la vie ? Un master de sociologie et un Service Civique. Quel est le rapport demanderez-vous ? Pour répondre à cette question il faut plutôt se demander. « Qu’est-ce que la sociologie ? »

Vous vous souvenez tous de vos cours de premières et Kant qui répondait à « Qu’est-ce que les lumières ? » par « c’est pour l’homme sortir d’une minorité qui n’est imputable qu’à lui. » Et bien la sociologie c’est la même chose.

Imaginez-vous. Vous êtes chez vous, au boulot, dans votre train : dans votre vie. Vous avez vos convictions, vos goûts, vos choix politique, etc. Des choix qui vont sont éminemment personnels, c’est tout à fait normal sinon vous ne seriez personne, ce qui regrettable je suppose. La sociologie sert tout simplement à essayer de comprendre l’autre. Certains sont un peu prétentieux et vous dirons que c’est la société qui détermine vos choix, d’autres que c’est votre vécu, d’autres un mélange des deux… Mais ça n’est pas l’essentiel. Ce qui est essentiel c’est qu’il existe une multitude de choix différents, et tous ces choix répondent à différentes justification. La sociologie c’est avant tout être attentif à ces justifications, comprendre les gens et les écouter.

C’est comme cela qu’on passe d’une science à une démarche : écouter les autres, leur besoin pour faire se rencontrer des gens et développer la solidarité. Mais surtout on passe d’une science à une philosophie : apprendre à écouter l’autre et d’abord être attentif à lui, le comprendre pour mieux débattre avec lui.

Concrètement, en tant que science la sociologie dispose de méthodes qu’il faut respecter. Si on veut démontrer le théorème de Pythagore, il faut s’assurer que l’on est bien en présence d‘un triangle rectangle. Quand vous vous interroger sur les pratiques de quelqu’un, il faut se mettre à distance, ne pas pratiquer de jugement de valeur. Si l’on est de l’UMP et qu’on parle à un trotskiste, végétarien que l’on parle à un boucher, fan que l’on parle à son idole, il faut réussir à oublier nos a priori sur l’autre et écouter ce qu’il a à nous dire. Ainsi, même sans être Bourdieu, même sans comprendre le monde on comprend sa richesse, l’intérêt d’être solidaire et la joie d’être chrétien !

Concrètement, la mission de mon Service Civique est de promouvoir la solidarité chez les jeunes. Cette simple question m’oblige à me demander d’une part ce qu’est exactement la solidarité, à la fois pour la pastorale et pour les associations avec lesquelles je travaille. D’autre part, si certaines associations désirent vraiment intégrer des « jeunes », elles ne savent pas toujours comment s’y prendre. Ma mission consiste alors à leur expliquer qu’un « jeune » est avant tout un personne comme une autre, que certains jeunes s’intéressent au commerce équitable, d’autres à l’environnement et d’autres au sport. Qu’il n’y a pas de solutions miracles pour faire venir un millier de jeunes dans son association, si ce n’est être attentif, ne pas avoir peur de proposer des responsabilité et surtout : être ouvert. La sociologie m’aide à comprendre la vision que se fait une association de la jeunesse et à imaginer des pistes pour engager la jeunesse.

Inversement, le Service Civique permet aussi de donner un aspect très concret à la sociologie. Vous l’avez compris c’est avant tout une science. Une science, en général, essaye de dire la vérité voire de montrer comment améliorer cette réalité. Parfois, juste constater un problème est assez décevant : plutôt que de le constater et de s’indigner, pourquoi ne pas régler ce problème ? Le Service Civique c’est exactement ça : j’ai ma mission de promouvoir la solidarité chez les jeunes. Si j’avais juste été sociologue j’aurai fait une étude sur le sujet : rien n’aurait changé. Si je n’avais pas été sociologue, j’aurais agi complètement à l’aveugle et n’aurais peut-être rien fait.

Les deux se complètent et c’est très bien comme ça !

 

Romain

 

 

 

Liens utiles

Journal d’un jeune en Service Civique

 

Articles liés

Ces articles peuvent t'intéresser.

Ajoute un commentaire

Prends la parole !

Les citations de la Réussite – Episode 2 : 3 conseils pour mieux communiquer avec les autres


Retranscription textuelle :

Bonjour à tous. Je suis Mathieu Vénisse du site Penser-et-Agir.fr, le développement personnel par l’action. Bienvenue dans ce nouvel épisode des citations de la Réussite dans lequel nous allons voir ce que Charles Swindoll peut nous apporter.

Charles Swindoll a dit : « Ce qui est remarquable c’est que, chaque jour nous pouvons choisir l’attitude que nous avons pendant cette journée. Nous ne pouvons pas changer notre passé. Nous ne pouvons pas changer les actes d’autrui. Nous ne pouvons pas changer l’inévitable. La seule chose que nous pouvons modifier, c’est notre attitude face à la vie et à ces événements. 
Je suis convaincu que ma vie est faite à 10% de ce qui m’arrive et à 90% de ma réaction face à ce qui m’arrive. Et il en va de même pour vous. Nous sommes responsables de nos attitudes ».

Cette citation est un peu longue mais elle est pour moi très importante, et j’aimerais partager avec vous quelques conseils que l’on peut tirer de cette citation.

Vous êtes le seul maître de vos réactions

Le premier conseil que je veux partager avec vous, c’est que vous êtes le seul maître de vos réactions par rapport aux événements extérieurs. Toute la journée, il y a des événements qui vous arrivent, des choses qui vous ne maîtrisez pas, et la seule maîtrise que vous avez ce sont vos réactions par rapport à ces événements.

Le passé est immuable et n’existe plus

C’est le deuxième conseil. Le passé est dans votre tête. Vous avez une perception de ce qui vous est arrivé avant qui est plus ou moins déformée par ce qui vous est arrivé ensuite pour justifier vos actes a posteriori. Vous avez vécu dans le passé des choses plus ou moins joyeuses, plus ou moins traumatisantes, plus ou moins tristes, et, au fur et à mesure que vous évoluez dans la vie, vous allez avoir des événements extérieurs qui vont vous arriver et, en fonction de vos expériences passées, vous allez adapter vos réactions à ces événements extérieurs.

Ce qu’il faut comprendre c’est que vous ne changerez pas les autres s’ils ne le veulent pas eux-mêmes. Même si vous voulez agir pour leur bien, vous n’allez pas changer tout le monde, toutes les personnes sur cette planète pour qu’elles correspondent à ce que vous, vous pensez, à vos interprétations. Ce que vous allez pouvoir changer, c’est votre attitude par rapport à ces personnes, c’est votre façon de percevoir leurs réactions.

Donc il y a trois conseils que j’aimerais que vous reteniez de cette citation, et de cette vidéo.

Le premier conseil est d’arrêter de toujours penser au passé. Ce n’est pas parce que vous avez vécu quelque chose qui est triste, traumatisant, qui ne correspondait pas à ce que vous vouliez, que tout ce que vous allez faire dans le futur en rapport avec cet événement va mal se passer. Le passé n’existe pas, c’est juste une perception de votre esprit. Vous percevez votre passé, mais les autres autour n’ont pas vécu les mêmes expériences donc ils ne le perçoivent pas. En ce sens, le passé est une expérience subjective d’un individu par rapport à sa propre vie. Elle est subjective parce qu’elle dépend des émotions et des circonstances dans lesquelles vous avez vécu ces événements passés. Ces circonstances et ces événements vont évoluer, au fur et à mesure que vous-même allez évoluer dans la vie. Si vous avez des événements qui vous arrivent et qui ne sont pas comme vous les attendez, vous allez avoir tendance à amplifier vos souvenirs du passé vers quelque chose de pessimiste. Il faut donc faire très attention avec cela et un conseil : oubliez le passé, si vous avez raté quelque chose, ce n’est pas pour cela que vous allez rater toutes les prochaines fois.

Le futur n’existe pas

Ensuite, pour le futur, c’est exactement la même chose. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve. Il faut donc vivre au présent. Il faut faire en sorte que cet avenir soit meilleur et cela est par rapport à nos actions.

Vous pouvez modifier vos réactions

La seule chose que vous pouvez modifier par rapport aux autres personnes (vous n’allez pas les changer si elles n’en ont pas envie), c’est de modifier vos réactions par rapport à ces personnes-là. Si une personne dit quelque chose qui ne vous plait pas, plutôt que de l’insulter, vous allez pouvoir modérer vos réactions.

Ce que nous dit Charles Swindoll, et là je vais revenir à sa citation, c’est que « Je suis convaincu que ma vie est faite à 10% de ce qui m’arrive et à 90% de ma réaction face à ce qui m’arrive. »

Il dit donc qu’il y a 90% de choses qui sont en fait ses propres réactions par rapport à ce qui lui arrive. Si quelque chose, quelqu’un arrive dans votre vie, et que cela ne vous plait pas et que vous commencez à vous battre, à lui dire d’aller se faire voir, cela va amplifier et enclencher, un peu comme un effet domino, d’autres actions qui vont beaucoup plus influencer votre vie que l’action initiale.

A l’inverse, si quelqu’un vous dit quelque chose qui ne vous plait pas et que vous commencez à parler calmement avec lui, cela va engendrer d’autres actions et réactions dans votre vie qui seront complètement différentes de ce que vous avez fait avant.

C’est donc le conseil d’aujourd’hui : avant d’essayer de changer les autres, avant d’essayer de changer votre passé et votre futur, pensez déjà au moment présent à changer vos réactions par rapport aux événements qui vous arrivent dans votre vie. Pensez à gérer vos émotions et à adapter vos réactions en fonction des personnes à qui vous parlez, parce que c’est toujours très compliqué de discuter finalement. La discussion avec les personnes qui vous entourent, c’est ce qu’il y a de plus difficile. On vit en société, donc on doit parler avec ces gens-là. Adaptez vos réactions, prenez sur vous et vous verrez que, en partant sans préjugés et en adaptant vos réactions à toutes les personnes qui vont entourent, vous allez déclencher un effet domino, un cercle du succès qui va vous élever, vous apporter énormément de bénéfices dans votre vie. A partir d’aujourd’hui, essayez ne pas réagir tout de suite à un événement. Réfléchissez, parlez avec la personne, essayez de comprendre son point de vue sans vouloir le changer, ce qui est assez compliqué. Comprenez les points de vue des autres, acceptez qu’ils soient différents des vôtres et vous verrez que votre vie ira beaucoup mieux.

Le conseil peut paraître simple mais il est difficile à appliquer. Essayez. Essayez de comprendre les autres, pourquoi ils ont ces avis-là.

C’était Mathieu Vénisse du site Penser-et-Agir.fr. C’était un nouvel épisode des citations de la Réussite. Si vous avez aimé cet épisode, partagez-le avec vos proches sur les réseaux sociaux, et je vous dis à très bientôt dans un prochain épisode des citations de la Réussite.

28
MAR
2014

0 thoughts on “Essayer De Comprendre Les Autres Disability

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *